mercredi
19
juillet
18 h 00
Les passagères : tourbillon baroque
Prix libre

Réunissant théorbe, viole de gambe, flûtes et voix dans un Tourbillon baroque, Les Passagères se donnent pour mission de rendre la musique ancienne accessible à tous les publics.

A travers ce programme, ce jeune ensemble souhaite offrir aux spectateurs la possibilité de découvrir, le temps d’un concert, la riche palette de la musique baroque française.

Avec Guillemette Beaury, soprano – Maëlle Javelot, soprano – Léa Grenet, flûtes à bec et traverso – Pauline Chiama, viole de gambe – Léa Masson, théorbe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Répertoire joué :

Chanson traditionnelle française
« Quand je menais les chevaux à boire »

Charles Hurel (1665-1692)
Prélude extrait de la suite en sol Majeur

Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737)
« Arbres épais » récitatif et air
Extraits de la cantate « Le dépit généreux »

Jacques Morel (1690-1740)
Chaconne en trio en sol majeur, pour flûte, viole de gambe et basse continue

Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749)
« Orphée »
Extrait d’une cantate pour soprano, flûte et basse continue

Anonyme du 18e siècle
« J’aurais cru qu’en vous aymant »
Extrait de Brunettes ou petits airs tendres

Marin Marais (1667-1740)
« Caprice » extrait de la Suite d’un goût étranger

Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737)
Pan et Syrinx, cantate pour soprano, flûte et basse continue

Elizabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729)
« Jephté revient comblé de gloire », extrait dela 5e cantate biblique

Robert De Visée (1650-1725)
Extraits de la suite en sol majeur pour théorbe
Courante « La Villeroy » et Gigue « Le Rémouleur »

Charles Dieupart (1667-1740)
Suite pour flûte à bec et basse continue
Ouverture, Gavotte, Passepied

Jean-Baptiste Pergolèse (1710-1736)
Que ne suis-je la fougère ? ou « Les tendres souhaits »

Le Comptoir de la Régordane reste ouvert à l’issue du concert et propose une restauration légère 

Write a comment:

You must be logged in to post a comment.






Chargement Évènements

Prochainement à la Garde-Guérin