La Garde-Guérin: Un site classé

Vers 1912,

M. Nodet, architecte des Monuments Historiques de Montpellier, découvre La Garde-Guérin et envoie à l’Administration des Beaux-Arts à Paris le premier rapport officiel, disant que c’est un village fortifié, qui mérite une réhabilitation.

Le 10 novembre 1928,

est publié l’arrêté de classement de l’église Saint-Michel comme Monument Historique.

Le 30 novembre 1929,

le château et la tour sont classés comme Monuments Historiques et l’ensemble du village comme site .

La tour de la Garde Guérin
photo association G.A.R.D.E.

La tour de la Garde Guérin

Construite à l’angle nord-est du village, à l’endroit le plus élevé, elle domine le plateau rocheux sur lequel elle se dresse à 18 mètres de hauteur:

  • Le rez-de-chaussée était aveugle. On ne pouvait y pénétrer que par une trappe ouvrant dans le sol du premier étage, voûté en berceau plein cintre.La porte d’entrée actuelle est située à ce niveau-là.
  • Les deux autres étages sont également voûtés en berceau plein cintre.
  • La terrasse, au sommet de la tour, est vraisemblablement le vestige d’un étage supportant un toit disparu. C’est là que les Chevaliers Pariers venaient faire leur tour de garde et scruter l’horizon !

Le château de La Garde-Guérin

Le château, dont on peut voir des pans de murs qui ont résisté au temps et à l’incendie de 1722, a été bâti au XVIème siècle par des membres de la famille Molette de Morangiès, lorsqu’ils eurent acquis la plupart des paréries, et surtout celles de l’évêque de Mende.

C’était un long bâtiment rectangulaire à plusieurs étages. Les vestiges des tours d’angle nord-ouest et sud-ouest subsistent

Sous le rez-de-chaussée du château, des salles voûtées, d’appareil plus ancien, devaient servir de magasins, de caves, de réserves ou même de cachots… A quelques mètres de la tour, on peut voir un four à pain et un puits de 12 mètres de profondeur, creusé dans le roc…

logis-garde-guerin
photo association G.A.R.D.E.

L’église Saint Michel

A l’Est de la tour se dresse la très belle église romane, dédiée à Saint-Michel, patron des Chevaliers Pariers.

Cette église romane date probablement du début du XIIIème siècle. C’était la chapelle du village fortifié de La Garde, construction indépendante, située non loin de la tour.Elle a été classée en 1929 Monument Historique car elle est un des monuments religieux les plus remarquables de la région.

eglise-garde-guerin
photo association G.A.R.D.E.

A l’extérieur :

  • Le portail d’entrée de l’église est composé de trois moulures en plein-cintre, sculptés dans la pierre massive, qui entourent un tympan en fer forgé rappelant la dédicace de Saint-Michel.
  • Le mur pignon, quant à lui, est orné d’un clocher-mur ou cloché peigne à deux arcades. Une des deux cloches date de 1643, l’autre n’est pas datée.
  • Les contreforts de part et d’autre de l’église permettent de soutenir la voûte en berceau de la nef.
  • Le presbytère est accolé à la chapelle. Il date du XIXe siècle.

A l’intérieur :

  • La voûte de la nef, en pierre de taille, est une voûte en berceau.
  • Le chœur est ornementé d’arcades harmonieuses.
  • Deux vitraux laissent pénétrer la lumière et au-dessous du chœur un caveau est creusé dans le roc (petite crypte où auraient été inhumés les Consuls des Pariers de la Garde).
  • Les chapiteaux sculptés ont une belle diversité. Ils sont tous différents et sont tantôt recouverts de feuillages (feuilles d’acanthe), de fleurs (fleurs de lotus) ou d’animaux (bélier, oiseaux), tantôt de personnages bibliques énigmatiques. Le haut des têtes de colonnes est souvent orné de billettes ou de damiers.
  • Sur l’arc triomphal, une statue de Saint-Michel, en bois sculpté et doré du XVe siècle, représente le saint vainqueur du démon. De part et d’autre de la statue deux blasons représentent à gauche l’enfant du pays le Pape Urbain V; et à droite l’enfant du village le Cardinal Pierre Blau.
  • Signalons également un tableau original de « Crucifixion » dans la chapelle de gauche ainsi que des fonds baptismaux en bois du XVIe siècle.
eglise-romane-garde-guerin
photo Alain Gas
eglise-saint-michel-garde-guerin
photo association G.A.R.D.E.

La Garde-Guérin: Un site restauré

En 1935,,

la direction des Beaux Arts entreprend de grosses réparations dans l’église et le château.

En 1965

M. René Schmitt, architecte des Bâtiments de France de la Lozère, préoccupé par l’état de délabrement du village et son dépeuplement, décide de saisir son Ministère et adresse un rapport à la Direction de l’Architecture à Paris.

En 1971

dans le cadre des 101 mesures pour l’Environnement, décidées par le gouvernement Chaban-Delmas, La Garde-Guérin devient un village-pilote. La restauration et la mise en valeur du village s’organisent.

En 1988

l’Association GARDE, en accord avec M.Vérot, architecte des Bâtiments de France de la Lozère, et avec M. le Maire de Prévenchères, décide de faire faire, par tranches successives et sur plusieurs années, des travaux de restauration et de protection du patrimoine architectural et de l’environnement de La Garde-Guérin.

C’est ainsi que depuis plus de 40 ans, grâce aux actions conjuguées de l’Etat, de la Région Languedoc-Roussillon, du département de la Lozère, de la commune de Prévenchères et de l’Association G.A.R.D.E., le village bénéficie de travaux de restauration et de mise en valeur de son patrimoine

Site web de Prévenchères